Dernière mise à jour : 
lundi 10 novembre 2014
Sur le Web
Accueil - Fruits et Nature en Revermont
Association :Fruits et Nature en Revermont

La Commune et ses villages

Par un curieux abus de langage, on confond facilement la commune de Treffort-Cuisiat et les villages qui la composent et qui sont pourtant distants de plusieurs kilomètres.

Ainsi, un journal local présentait un jour en première page la photo des "remparts de Treffort-Cuisiat" (on attend pour une prochaine édition celle de la gare de "Paris-Lyon-Marseille" !!)

La commune vient de fêter le trentième anniversaire de la fusion qui a uni nos deux villages (1er décembre 1972). Malgré tout chacun conserve son Histoire et sa spécificité.


Treffort, village médiéval


Les habitants de Treffort s’appellent Ventres jaunes ou Cavets, selon l’endroit exact où ils habitent.

Dans les hameaux et dans le bas du village, on est en Bresse. Le Bressan se nourrissait de "Gaudes", soupe roborative réalisée à base de farine de maïs grillé. On dit aussi qu’il avait l’habitude de cacher son or dans sa ceinture. Ces deux coutumes lui ont valu son surnom de "Ventre jaune".

Dans le haut du village, on est en Revermont, pays de vignerons. Chacun possédait sous sa maison une cave, souvent taillée dans le rocher. Voici l’origine du nom des Cavets.
Un peu d’Histoire...

La Bresse (de Brexia = forêt) fut défrichée au V° siècle par des colons romains et des moines bourguignons. Le Monetay (monastère) fut fondé à cette époque. Au VIII° siècle, le village gagne la position qu’on lui connaît aujourd’hui sur la crête rocheuse de Montcel.

Avril 1259 : première charte d’affranchissement et de liberté donnée par Albert de la Tour du Pin.

1285 : par le traité de Carcassonne, Treffort se trouve sous la dépendance du Duc de Bourgogne.

1289 : la Bresse est rattachée à la Savoie. Au XIV° siècle, le château est aménagé, l’église, les halles, les remparts et l’hôpital sont construits.

1475 : Philippe de Savoie interdit la vente des vins de Bourgogne en Bresse, ce qui protège le vignoble du Revermont. Cette interdiction est confirmée jusqu’à la Révolution.

En 1536, François 1er conquiert la Bresse mais en 1559, le traité de Cateau-Cambrésis rend la Bresse et le Bugey à la Savoie.

En 1595, les troupes de Henri IV envahissent la Bresse et les destructions sont nombreuses. En 1601 (traité de Lyon), Le Revermont passe de la Savoie à la France. Le château est en ruines du fait de la "dernière guerre".

Le 26 juin 1640, la plupart des maisons de Treffort sont détruites par César du Saix, baron d’Arnans, officier du redouté général Lacuzon, officier des armées comtoises et espagnoles.

En 1802, décision municipale en vue de la destruction des remparts et des portes.

En 1810, les stalles de la Chartreuse de Sélignac (biens nationaux) sont achetées par Perrier de la Balme, maire de Treffort et installées dans le chœur de l’église.

En 1880, le phylloxéra arrive à Treffort, ce qui précipitera le déclin du vignoble.

Le 17 juillet 1944, Cuisiat est incendié au cours de la retraite des troupes allemandes. Treffort est épargné.

Le 1er décembre 1972, les communes de Treffort et Cuisiat fusionnent.

Le village de Treffort qui a eu la chance d’être préservé au cours des siècles a su garder son âme. C’est l’un des plus beaux villages de France.
Ses rues ont été entièrement rénovées ces dernières années. Cette restauration est, de l’avis général, une véritable réussite qui ajoute encore au charme de cette cité médiévale à découvrir absolument !